Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 06:49
De Roucy à Craonne, dernière étape de la « Marche de la vérité ».

Août 1914, la France vient d’entrer en guerre. Les débuts sont catastrophiques. Jusqu’au 6 septembre, l’armée allemande avance rapidement jusqu’à menacer Paris.

Les troupes britanniques, et la Vème Armée française se replient précipitamment vers l’Aisne, puis la Marne.

Le 29 août, le gouvernement français quitte Paris et s’installe à Bordeaux. Le 4 septembre, l’armée allemande occupe Reims.

Le 6 septembre, la première bataille de la Marne stoppe l’avancée de l’armée allemande qui reflue jusqu’à l’Aisne, la Vesle et la Suippe où les deux armées vont s’enterrer pendant quatre ans.

Du 25 août au 13 septembre 1914, les troupes de la 5ème armée commandées par le Général LANREZAC ont parcouru plus de 450 km à travers l’Aisne pour échapper à l’encerclement de l’armée allemande. Pendant trois semaines, l’Aisne a été le théâtre de combats sanglants de jour, et de marches forcées de nuit. Cet engagement surhumain de 360 000 pioupious face à plus de 600 000 ennemis a permis de sauver toute l’armée française. Pendant ce drame, la population axonaise de plus de 500 000 âmes a essayé de survivre. Beaucoup d’habitants ont dû fuir, certains sont morts. Plus de 150 000 ne sont pas revenus dans leur foyer. L’Aisne a été dévastée.

Pour ne pas « oublier », de nombreuses associations et institutions ont organisé une « MARCHE DE LA VERITE ».

Du 26 août au 13 septembre, un groupe de randonneurs a effectué cette marche forcée, de Fourmies à Craonne, en suivant les traces des soldats de la Vème Armée du Général LANREZAC.

Cinq marcheurs ont effectué la totalité du parcours, mais beaucoup d’autres les ont accompagné le temps d’une ou de quelques étapes.

Le vendredi 12 septembre, la « troupe » est repartie de Fismes, passant par Courlandon, Romain, Ventelay et Concevreux, elle est arrivée à Roucy, accompagnée par 150 élèves du collège de Corbeny.

Samedi 13, à 5h30, après avoir bivouaqué à Roucy, les randonneurs ont repris leur marche dans la nuit pour l’ultime étape.

05h30. Tout le monde est prêt. La colonne se met en marche.
05h30. Tout le monde est prêt. La colonne se met en marche.

.

Direction Pontavert. Mais dans le noir, il n'est pas facile de trouver son chemin.
Direction Pontavert. Mais dans le noir, il n'est pas facile de trouver son chemin.

.

Aujourd'hui, la "compagnie d'infanterie" a pour mission de ramener... quelques fleurs.
Aujourd'hui, la "compagnie d'infanterie" a pour mission de ramener... quelques fleurs.

.

Arrivée au carrefour Craonnelle - Craonne
Arrivée au carrefour Craonnelle - Craonne

.

Regroupement général.
Regroupement général.

.

Pour une marche silencieuse.
Pour une marche silencieuse.

.

"Ceux qui sont fatigués peuvent aller directement à Craonne"
"Ceux qui sont fatigués peuvent aller directement à Craonne"

.

Mais tout le monde reprend la route en direction de Craonnelle.
Mais tout le monde reprend la route en direction de Craonnelle.

.

C'est sous le soleil que va être abordée la longue côte...
C'est sous le soleil que va être abordée la longue côte...

.

vers l'emplacement de l'ancien moulin de Vauclair ( ou Vauclerc)
vers l'emplacement de l'ancien moulin de Vauclair ( ou Vauclerc)

.

De Roucy à Craonne, dernière étape de la « Marche de la vérité ».

.

Napoléon, fâché qu'on ne soit pas venu pour lui, tourne le dos.
Napoléon, fâché qu'on ne soit pas venu pour lui, tourne le dos.

.

Arrivée sur le plateau de Californie.
Arrivée sur le plateau de Californie.

.

L'émotion est grande devant l'emplacement de la sculpture d'Haïm HERN, volée le 12 août.
L'émotion est grande devant l'emplacement de la sculpture d'Haïm HERN, volée le 12 août.

.

Marie-France MULET, la doyenne, 76 ans, a effectué les quatre premières étapes et la dernière. Bravo.
Marie-France MULET, la doyenne, 76 ans, a effectué les quatre premières étapes et la dernière. Bravo.

.

Le barda du pioupiou, quant à lui, pesait 35 kg.
Le barda du pioupiou, quant à lui, pesait 35 kg.

.

Didier COCHET, président de l'association "Chemins de mémoire sociale"
Didier COCHET, président de l'association "Chemins de mémoire sociale"

.

et Noël GENTEUR, conseiller général du canton de Craonne, ancien maire de Craonne, ont parcourus les 450 km à pied.
et Noël GENTEUR, conseiller général du canton de Craonne, ancien maire de Craonne, ont parcourus les 450 km à pied.

.

De Roucy à Craonne, dernière étape de la « Marche de la vérité ».

.

Il est temps de complèter la liste...
Il est temps de complèter la liste...

.

des villes et villages traversés.
des villes et villages traversés.

.

et de rendre un hommage à Haïm KERN
et de rendre un hommage à Haïm KERN

.

en y associant Jacques TARDI.
en y associant Jacques TARDI.

.

Un moment de détente.
Un moment de détente.

.

De Roucy à Craonne, dernière étape de la « Marche de la vérité ».

.

Noël GENTEUR présente un dessin, réalisé par Charles de Menditte, le 15 septembre 1914, de l'église de Craonne. Le lendemain, elle n'était plus qu'un amas de décombres
Noël GENTEUR présente un dessin, réalisé par Charles de Menditte, le 15 septembre 1914, de l'église de Craonne. Le lendemain, elle n'était plus qu'un amas de décombres

.

De Roucy à Craonne, dernière étape de la « Marche de la vérité ».

.

Un dernier coup d'oeil sur le parcours effectué depuis le 25 août.
Un dernier coup d'oeil sur le parcours effectué depuis le 25 août.

.

Didier COCHET lit quelques pages de l'ouvrage d'Alain FAUVEAU "Le vagabond de la Grande Guerre".
Didier COCHET lit quelques pages de l'ouvrage d'Alain FAUVEAU "Le vagabond de la Grande Guerre".

.

Il est temps de rejoindre Craonne,
Il est temps de rejoindre Craonne,

.

où un chaleureux accueil est réservé aux marcheurs.
où un chaleureux accueil est réservé aux marcheurs.

.

Après un lâcher de pigeons,
Après un lâcher de pigeons,

.

la fête peut commencer (théâtre, chansons, zumba...)
la fête peut commencer (théâtre, chansons, zumba...)

.

La conclusion de cette « Marche de la vérité » est en fait une question qui a taraudé les participants tout au long du parcours : « Comment ces braves « pioupious » qui allaient bientôt devenir les « poilus » ont-ils pu, tout en combattant, effectuer ce périple de 450 km, à pied, sans carte pour se guider, un havresac de 35 kg sur le dos ? »

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Alain Fauveau 15/09/2014 22:01

Mes félicitations aux organisateurs de cette "Marche de la Vérité" et à tous ceux qui ont refait le parcours suivi par le 144ème R.I. il y a un siècle. La motivation de ces soldats au début de la guerre ? Ne pas connaitre à nouveau la honte de Sedan en 1870, la valeur stratégique des généraux Lanrezac et Gallieni, un bon capitaine, et... un peu de chance. Mais le vent du boulet n'est pas passé loin !

Nous Sommes ...

  • : Le REGAIN
  • Le REGAIN
  • : Association loi 1901 -Sauvegarde du patrimoine local de ROUCY (02160)...
  • Contact

Ensemble pour....

 bandeau Gibeau moulin v3

Recherche

Rejoindre "le regain regards"

L'actualité du Regain